24/09/2005

Un combat perdu...

Alors, il décrocha la barre du gouvernail, la prit a deux mains et se remit à cogner dans tous les sens. Mais les requins se pressaient contre la poupe. Tantôt l’un derrière l’autre, tantôt ensemble, ils s’élançaient, arrachant des morceaux de chair que l’on voyait briller à l’eau quand ils se retournaient pour revenir à la charge.

Un dernier survint, qui s’attaqua à la tête. Le vieux compris que tout était fini. Il brandit la barre et l’abattit sur la mâchoire même du requin qui était comme coincée dans les cartilages de la tête du poisson. Il deux fois, trois fois, dix fois. La barre se rompit. Il continua à cogner avec le morceau cassé. Il le sentit entrer dans la bête ; déduisant de cela qu’il était très pointu, il frappa encore. Le requin lâcha prise et le tordit, c’était le dernier de la meute, il ne restait plus rien à manger pour personne.

 

Ernest Hemingway, Le vieil homme et la mer

 


22:40 Écrit par ecrivain89 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... ca me fait legerement penser a l'annee passée...

Écrit par : MsK | 25/09/2005

Les commentaires sont fermés.