03/01/2006

Errance dans un Londres abandonné et en ruine. La Guerre des Mondes

Bientôt, la .poussière noire tapissa de nouveau les rues, recouvrant les cadavres épars. J’en vis une douzaine en tout, au long de la grand rue de Fulham.  Ils devaient être là depuis plusieurs jours, de sorte que je ne m’attardai pas auprès d’eux. La poussière noire qui les enveloppait adoucissait leurs contours, mais quelques uns avaient été dérangés par les chiens. (…)

Plus j’avançais vers l’intérieur de Londres, plus profond devenait le silence. Ce n’était pas tellement le silence de la mort que l’attente de choses prochaines et tenues en suspens. A tout instant, les destructeurs qui avaient déjà dévasté les banlieues nord-ouest de la métropole et anéanti Ealing et Kilburn pouvaient fondre sur ces maisons et les transformer en un monceau de ruines fumantes. C’était une cité condamnée et déserte…



16:50 Écrit par ecrivain89 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.