19/12/2007

Alice au pays des merveilles

Capt_son

« La rencontre avec les fous » 

« Vous devriez apprendre à ne pas faire des remarques personnelles, répliqua d’un ton sévère, Alice ; cela est très grossier. »

En entendant ces paroles, le chapelier ouvrit de grands yeux ; mais il se contenta de demander : « Pourquoi un corbeau ressemble-t-il à un bureau ? »

« Fort bien, nous allons à présent nous amuser ! pensa Alice. Je suis contente que l’on ait commencé à poser des devinettes. »

« Je crois que je pourrai deviner cela », ajouta-t-elle à voix haute.

« Voulez-vous dire demanda le lièvre de Mars, que vous pensez pouvoir trouver la réponse à la question ? »

« Précisément », répondit Alice.

« En ce cas, poursuivit le lièvre de Mars, vous devriez dire ce que vous pensez. »

« Je dis ce que je pense, s’empressa de répondre Alice ; ou du moins je pense ce que je dis… et c’est la même chose n’est-il pas vrai ? »

« Pas du tout la même chose ! protesta le chapelier. Tant que vous y êtes, vous pourriez aussi bien dire que ‘‘je vois ce que je mange’’, c’est la même chose que ‘‘je mange ce que je vois’’! »

Lewis Carroll

18/12/2007

Alice au pays des merveilles

alice

 

Alice s’est appuyée au tronc d’un arbre et commence son périple au pays des merveilles.Sa sœur est affairée à ses côté tandis qu’elle commence à suivre un lapin qui la conduit à son terrier… 

Brûlant de curiosité, elle s’élança à travers champs à la poursuite de l’animal et elle eut la chance de l’apercevoir s’engouffrer dans un large terrier qui s’ouvrait sous la haie.

Un instant plus tard elle s’y enfonçait à son tour, sans du tout s’inquiéter de savoir comment elle pourrait en ressortir.

Le terrier était d’abord creusé horizontalement comme un tunnel puis il présentait une pente si brusque et si raide qu’Alice n’eut même pas le temps de songer à s’arrêter avant de se sentir tomber dans ce qui semblait être un puits très profond.

Il faut croire que le puits était très profond, ou alors que la chute d’Alice était très lente, car, en tombant, elle avait tout le temps de regarder autour d’elle et de se demander ce qu’il allait se produire. D’abord, elle essaya de regarder en bas pour se rendre compte de l’aspect des lieux où elle allait arriver, mais il faisait trop sombre pour rien y voir ; ensuite, observant les parois du puits, elle s’aperçut qu’elles étaient recouvertes de placards et d’étagères ; de place en place étaient accrochées des cartes géographiques et des gravures.

Lewis Carroll